Lê Fondateur  
     
  L`itinéraire de la fondation

AUX ORIGINES DES FILLES DE MARIE MISSIONNAIRES

L’idée et la possibilité d’une fondation dans l’expérience et dans la réflexion du Père Giacinto Bianchi.

Introduction

Comme toute histoire vivante, qu’encore aujourd’hui implique des personnes et activités, aussi celle de notre Institut est une histoire intéressante. Avant tout parce que c’est « notre » histoire, ensuite parce que c’est une longue histoire : plus de 130 ans, qui a traversé ce qu’on appelle l’ère contemporaine.
Du point de vue de l’histoire de l’Église, c’était une époque de grands bouleversements qui ont préparé le moment historique que nous traversons. Ce moment qui n’est ni le meilleur ni le pire, mais différent de tous les autres. Pour un chrétien, l’histoire est une « histoire de providence » et en chaque époque, il est appelé à reconnaître cette vérité et à y apporter sa contribution. Le temps n’est pas en fonction de l’avancement du progrès, mais c’est le lieu de la manifestation de Dieu, dont les chemins ne sont pas évidement les chemins connus et appréciés par les hommes :
Parmi les heureux évènements qui rendent célèbre ce siècle, le travail d’une humble Congrégation apparaît trop modeste à l’œil humain ; un évènement pas trop considéré mais porteur d’un bien immense et de germe fécond .

Organisation et limites du travail

Nous chercherons de suivre la genèse, le développement et la manifestation de la perspective de fondation chez Giacinto Bianchi, en suivant quelques moments saillants de sa biographie en analysant aussi son premier texte de caractère normatif imprimé.
Nous lirons quelques uns de ses typiques « fragments » (c'est-à-dire des textes privés de structures et non d’extraits de textes) en cherchant à en faire des parallèles et à les interpréter. Cette opération pourrait cependant sembler arbitraire, mais ce n’est qu’une tentative, une recherche de quelque support sur lequel appuyer celle qu’en ce moment semble être l’hypothèse plus convaincante sur les origines de l’Institut. Après quelques brèves considérations sur le second texte imprimé, nous essayerons d’en tirer des conclusions tout en cherchant à faire ressortir quelque peu l’esprit que Giacinto Bianchi souhaitait que les Missionnaires possèdent.
Certainement il est nécessaire d’insister encore une fois qu’il reste beaucoup d’études et de recherches à faire pour connaître Giacinto Bianchi et l’Institut fondé par lui. Ce sont deux réalités bien différentes, bien qu’on trouve pas mal de vastes zones où des superpositions historiques et géographiques coïncident. En plus, faire des études sur les contextes historiques, ecclésiastiques, normatifs, spirituels, dans lesquels il vécut et qui ont exercé une influence sur lui. Tout en ayant acquis de nouvelles informations et de nouveaux documents sur la personne de Giacinto Bianchi et sur son œuvre, la connaissance actuelle de nombreuses vicissitudes révoquées n’est pas encore définitivement assurée du point de vue historiographique ; une pure partielle compréhension des circonstances permet certes de juxtaposer et tenter l’interprétation de phénomènes, comportements et jugements, mais dans la ferme conscience que les recherches ultérieures nécessaires (à faire dans de nombreux archives et à travers une mise en ordre du nôtre) pourront, soit illuminer certaines zones encore dans l’ombre, confirmant des hypothèses, soit imposer une évaluation aussi substantiellement différente des événements.
Les moments principaux de l’histoire de l’institut ont été parcourus à nouveau, autant que possible dans le respect d’une organisation chronologique et à travers une lecture « transversale » des documents disponibles (dont certains, il est impossible de mettre des dates), dans la tentative de délinéer un cadre de référence cohérent, de suggérer une « clé de lecture » unitaire pour attribuer à chaque écrit un possible lien organique. L’objectif est évidemment celui de nous approcher d’une reconstruction réaliste des vicissitudes, liée à la contingence, à la succession des circonstances. En cherchant toutefois d’éviter une interprétation trop simplifiée à posteriori qui finit par reconduire l’inévitable complexité du présent aux phases conséquentes d’un projet ébauché.
L’interprétation proposée veut seulement mettre en évidence la multiplicité effective des « origines » de l’institut, lié en grand nombre aux vicissitudes biographiques de don Bianchi, mais aussi au fait que les personnes et les contextes s’alternaient et qu’échappaient à son contrôle ou dont il ne pouvait avoir une connaissance directe et complète. Il faut penser par exemple, à l’utilité que dans cette prospective pourrait avoir une enquête historique rigoureuse sur les consœurs du début, dans les relations réciproques avec le Fondateur.

 
Lire le texte integral.
 
 
  La biografhie

Les écrits du Fondateur

L’itinéraire de la fondation

Les Prières

Les vertus héroïques